Contes Orientaux

Les deux filles inséparables du grand vizir

Il était une fois, deux filles et leur père qui étaient partis explorer le bassin au poisson d’argent. Ils arrivèrent au bassin et y rencontrèrent une tortue qui parle qui leur dit :

-Faites très attention au miroir magique qui est au bord du bassin car il est très dangereux !

Les deux filles discutèrent avec la tortue pendant que le père alla voir le miroir magique ne croyant pas à ses pouvoirs. Alors il jeta un caillou sur le miroir, mais rien ne se passa. Alors il s’avança vers le miroir et se fit aspirer. Les filles, entendant un bruit assourdissant, paniquèrent en ne voyant plus leur père. Elles partirent alors à sa recherche, après avoir demandé conseil à la tortue :

-Vous devrez affronter beaucoup d’épreuves avant d’arriver au château des nuages, dit la tortue.

– Oui nous arriverons au château avant qu’un malheur ne se produise et pour la vie de notre père, affirmèrent les filles.

La nuit tomba, il commença à neiger, les filles prirent la route et rencontrèrent un sultan.

-Bonjour, je peux peut-être vous aider Mesdemoiselles ?

-Bonjour, dirent-elles en cœur, nous cherchons un vizir, serait-il passé par ici ?

-Vous savez, j’ai très faim, je ne serai pas contre un bol de grenades fraîches. Je pourrais peut-être vous aider par la suite, car je connais bien les environs.

-Très bien, notre père nous en avait données avant de se faire aspirer par un miroir magique.

– Un miroir ?

-Désolées, nous n’avons pas le temps de vous raconter, tenez voici les grenades.

-Merci beaucoup, j’ai croisé un démon aux yeux rouges et au corps bleu transportant un sac à la forme humaine.

-Serait-ce notre père ?

-Je n’en ai aucune idée, mais il est parti par là.

-Merci infiniment !

Les filles partirent en direction du démon. Elles arrivèrent près d’une cascade et virent une forme bleue.

-C’EST LE DÉMON ! S’écrièrent les filles !

Elles s’approchèrent et virent que c‘était un magnifique cheval bleu et non le maléfique démon aux yeux rouges.

Elles s’approchèrent lentement pour ne pas l’effrayer mais elles virent qu’il était blessé à la patte gauche et ne savait plus marcher.

La fille aînée dit :

-Je peux le soigner, j’ai un bandage dans mon sac.

-Oui je vais t’aider à mettre le bandage, dit la cadette.

-Tiens sa patte pour ne pas qu’il bouge et aggrave sa blessure.

-Très bien !

Elle enroulèrent le bandage autour de sa patte, le cheval se leva

et les remercia d’un signe de tête.

Le cheval, en signe de sa gratitude, les emmena jusqu’au pied du château du démon.

-Merci, dirent les filles en cœur.

Le cheval s’éloigna petit à petit dans la forêt profonde.

-Comment allons-nous entrer ? demanda la cadette.

-Je ne sais pas, répondit l’aînée.

Et tout à coup, le cheval arriva, déploya ses ailes, prit les filles en vol et les amena jusqu’au balcon en haut du château dans les nuages.Les deux filles remercièrent le cheval qui reprit son chemin. Elles rentrèrent et virent leur père attaché sur une chaise !

-Attention ! S’exclama le père, il est dangereux !

-Mais qui est dangereux ? Demandèrent les filles.

Tout à coup un démon aux yeux rouges et au corps bleu apparut !

Les deux filles se dépêchèrent d’aller voir leur père, s’emparèrent du miroir magique qui était posé à côté de lui et ils se firent aspirer tous les trois.

Le démon, quant à lui, resta enfermé dans son château pour l’éternité. Les deux filles et leur père arrivèrent dans le monde mystérieux du miroir magique, elles y rencontrèrent deux princes qui leur firent visiter leur château. Ils dressèrent un grand buffet pour bien accueillir les deux filles et leur père. Par la suite, le même jour, les deux pères se mirent d’accord :

– Nous allons vous marier ! Déclarèrent les deux pères.

-d’accord s’ exclamèrent les filles et les garçons.

Les deux pères préparèrent le mariage tandis que les deux garçons et les deux filles se préparaient dans leur chambre avec l’aide des servantes.

L’après-midi les deux couples arrivèrent et se marièrent. Chaque couple fit construire deux somptueux palais.

Ils vécurent heureux et eurent beaucoup d’enfants.

Emma, Marie, Léana, Lauréna, 5C

Travail d’écriture réalisé en cours de français avec Mme PETTENATI